DSCN9530

L'école de la mort

de Charlotte Bousquet, Béatrice Égémar, Lilian Bathelot et Martial Caroff

Gulf Stream Editeur

 

"Quoi de plus important que l'école ? Mais quoi de plus inquiétant aussi ? Lieu clos, territoire aux mille secrets, monde étrange et mystérieux… De tout temps l’école a abrité en ses murs histoires, légendes et mythes, rumeurs et rituels autour du savoir et de la culture, et accompagné la transmission de ceux-ci de règles intangibles et de règlements insidieux. Car l’école s’est donnée une mission : l’élévation. Celle des esprits, celle des corps, celle des âmes bien sûr. Dans cet univers normatif, l’élève ou l’étudiant, s’il accepte les règles et consent à suivre l’enseignement qui lui est dispensé, recherche malgré tout la brèche dans le mur, la faille dans le système, l’espace de liberté où il pourra respirer. Si la mort est rarement au rendez-vous dans les institutions éducatives, elle représente somme toute le prix à payer pour cette liberté aux yeux d’un écrivain de littérature noire. C’est dans cette brèche qu’il va s’engouffrer pour imaginer les pires aventures, traquer les turpitudes cachées."

 

"L'école de la mort" est un recueil de huit nouvelles, ayant pour cadres des écoles,

des lieux d'enseignement, des établissements parfois particuliers.

Des nouvelles nées sous les plumes de Charlotte Bousquet (Princesse des os, Noire lagune),

de Béatrice Égémar (Les Noces vermeilles, L'oeil de Seth), tout comme Lilian Bathelot (L'Étoile Noire, Kabylie Twist)

et Martial Caroff (Sanglante comédie, Les Profanateurs).

Chaque texte est imprégné de la patte de son auteur, nous révélant des nouvelles sombres,

frissonnantes, glauques, ou même tristes.

 

Les nouvelles, deux par auteur, prennent place, pour l'une, à la fin du XVIIème siècle,

à la Maison Royale de Saint-Louis, à St-Cyr en France, un pensionnat pour jeunes filles,

dans lequel s'est investie corps et âme Madame de Maintenon,

pour une autre, on découvre (avec horreur) les traitements infligés aux jeunes indiennes,

par des religieuses d'une Mission, à la fin des années 1920, en Amérique, sous couvert de les "éduquer".

L'école de la vie, et de la mort, pour un jeune garçon, au temps très reculé du Paléolithique,

dans ce qui est aujourd'hui les Pyrénées Orientales, ou bien au coeur de l'Egypte Antique,

où une douzaines de garçons étudient à "La Maison de Vie", pour devenir scribes un jour,

la Grèce, plus de 400 ans avant J-C, ou même l'Union Soviétique de 1943,

ce recueil nous emporte au creux d'instants de vie, marqués par des crimes ignobles...

 

Un très bon recueil, aux nouvelles percutantes !

J'ai été ravie de redécouvrir la plume de Charlotte Bousquet, qui a réussi à me tordre le ventre,

avec son texte "Les fantômes de Saint-James", et ravie aussi de découvrir,

les trois autres talents qui ont apporté leur contribution à cet ouvrage.

 

À faire découvrir à partir de 14 ans.