DSCN1843

Perce-Neige et les trois ogresses

de Gaël Aymon, illustré par Peggy Nille

Editions Talents Hauts

 

DSCN1844   DSCN1846

Il était une fois une jeune Reine au ventre rond, promesse d'un enfant à venir.

La jeune femme avait pour époux, un roi sévère, et égoïste,

qui ne désirait qu'une chose : que l'enfant soit un garçon, qu'ils deviennent fort afin de lui succéder un jour.

L'enfant naquit aux premiers flocons de l'hiver, et sa mère lui trouvait

les traits si tendres et délicats, qu'elle décida de le nommer Perce-Neige.

Le petit garçon ne connût malheureusement que peu de temps sa mère...

Perce-Neige grandit donc auprès d'un père autoritaire qui ne voulait pas le comprendre,

un père qui l'obligeait à se battre alors qu'il détestait cela,

qui l'obligeait à s'endurcir en lui faisant subir moults châtiments,

un père de sang certes, mais un véritable bourreau pour l'enfant.

Mais Perce-Neige, malgré tout ce qu'il endurait, ne devenait ni combattif, ni sans-coeur.

Alors le Roi, son père, décida qu'il serait plus utile mort au combat,

que vivant au château, où il lui faisait honte.

Il envoya son unique fils, accompagné d'un seul capitaine, rejoindre les armées,

un chemin qui le conduisait droit à une mort certaine.

 

DSCN1848   DSCN1849

Le capitaine, doté d'un coeur contrairement à son roi, décida de laisser

une chance à Perce-Neige, en l'abandonnant dans la forêt une nuit, et en rentrant

annoncer au roi que le jeune prince était bel et bien mort au combat comme prévu.

Perce-Neige se réveilla donc seul au milieu des arbres et de la neige,

frigorifié il marchait sans réel but, quand soudain il entendit siffler une mélodie.

Un craquement se fît ensuite entendre, provenant d'un vieil arbre tout proche,

dont l'écorce semblait s'être scindée en deux, laissant paraître trois ogresses.

Les trois femmes s'éloignèrent rapidement, le jeune prince profita de l'instant,

s'approcha de l'arbre, chanta à son tour la mélodie entendue peu avant,

et entra dans l'arbre...

 

 

 

Ce conte est la ré-édition d'un récit paru dans l'album "Contes d'un autre genre",

qui méritait bien un bel écrin pour lui tout seul : c'est maintenant chose faite !

 

Gaël Aymon nous livre là l'histoire de Perce-Neige jeune homme qui ne cadre pas

avec l'image ultra-virile, agressive, dépassée, que se fait son père de ce qu'est un "véritable homme".

Pour ce roi aux idées préconçues (et erronnées), un homme se doit d'être courageux,

combattif, fort, il doit inspirer la peur à son entourage, à son peuple.

Mais Perce-Neige est doux, patient et délicat, il déteste l'idée même de se battre,

c'est un jeune homme contemplatif et rêveur, tout l'inverse de ce qu'espérait son père.

C'est pourquoi ne supportant plus cette situation source de honte, le roi envoie

son fils vers un destin funeste, sans la moindre once de regrets...

Comment un parent peut-il haïr ce qu'est son enfant à ce point ?

Mystère ! Je suis bien incapable de comprendre ce genre de positionnement,

qui bien malheureusement prend pied dans la réalité plus souvent qu'on ne le croit.

Mais ce que je peux révéler de la suite de l'album, c'est que Perce-Neige vécût

bien plus heureux loin de son bourreau, et qu'il y découvrit même l'amour.

Un destin bien loin de ce que lui réservait celui qui l'avait condamné à une mort certaine.

 

Dans cette édition, on prend encore plus de plaisir à admirer les traits

colorés et délicats des superbes illustrations de Peggy Nille, le format est bien plus grand,

plus généreux, la découpe de couverture laisse apparaître les trois ogresses

et le jeune Perce-Neige, dans un cadre en forme de fleur,  du doré vient recouvrir

le titre et enjolive quelques motifs, donnant un bien bel écrin à ce superbe conte.

 

"Perce-Neige et les trois ogresses" est un superbe conte, un récit merveilleux à la fois

empli de pudeur, de douceur, et de force, un véritable coup de coeur.

 

coeurbois